Des faits et chiffres concernant le phénomène de l’illettrisme

Le profil des adultes en difficulté avec l’écrit, les niveaux de littératie et les implications sociétales et économiques

Profil et nombre de personnes concernées par l’illettrisme

Selon le rapport national Lire et calculer au quotidien - Compétences des adultes en Suisse, 800 000 adultes entre 16 et 65 ans rencontrent des difficultés avec la lecture dans notre pays. Parmi eux, près de la moitié sont nés sur sol helvétique et y ont suivi l’école obligatoire. 71% d’entre eux utilisent une langue nationale comme langue principale.

Par ailleurs, les adultes en situation d’illettrisme viennent de tous les milieux sociaux et de tous les groupes professionnels. Le pourcentage d’adultes concernés augmente avec l’âge.

Le rapport national « Lire et calculer au quotidien – Compétences des adultes en Suisse », a été publié en 2006 par l’Office fédéral de la statistique (OFS) en 2006. Son analyse se base sur l’enquête ALL 2003 (Adult Literacy - Lifeskills Survey), organisée par l’OCDE.

Dix ans après cette enquête, l’OCDE a publié en 2013 une nouvelle étude dans le cadre de son Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PIAAC). Contrairement à 24 autres pays, les résultats ayant peu varié lors des deux dernières enquêtes, la Suisse a décidé de ne pas y participer.

Niveaux de littératie

L'OCDE définit la littératie comme étant « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités » (La littératie à l’ère de l’information, 14.06.2000).

Le 16% de personnes concernées par l’illettrisme en Suisse, soit 1 personne sur 6, se situe en niveau 1 de littératie. Néanmoins, selon l’enquête ALL 2003, les niveaux 1 et 2 de littératie ne permettent pas de fonctionner correctement dans les sociétés modernes. De ce fait, près de 60% de la population pourraient être considérés en situation d’illettrisme.

Chiffres en lien avec le chômage et l’aide sociale.

 

 

Le danger réel de chômage est 2 fois plus élevé pour les personnes en situation d’illettrisme. 36% des personnes inscrites au chômage ont des difficultés en lecture et écriture, et l’illettrisme est la première cause du chômage dans 18% des situations.

28% des personnes à l’aide sociale sont en situation d’illettrisme.

Le coût économique de l’illettrisme, en lien avec le chômage, s’élève à plus de 1.3 milliard de francs par an.

Le coût économique de l’illettrisme, en lien avec le chômage, s’élève à plus de 1.3 millard de francs par an. Le graphisme présente la répartition des coûts.

Ces chiffres proviennent de l’Etude du bureau BASS (2007), commandée par la Confédération.Tabellen-Eigenschaften

Chiffres en lien avec la formation professionnelle

1 jeune sur 7 (14%) quitte l’école avec des connaissances insuffisantes pour pouvoir accomplir une formation professionnelle (Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves - PISA, OCDE, 2012). Par ailleurs, 12.8% des 25-64 ans n’ont pas suivi de formation post-obligatoire (OFS, 2013).

55% des personnes titulaires d’un diplôme d’une Haute école, âgées entre 25 et 65 ans, ont participé à une activité de formation continue, contre 9% de la population sans formation postobligatoire. En outre, 24% des adultes sans formation postobligatoire, âgés entre 25 et 65 ans, ont rencontré des obstacles pour participer à une formation continue, contre 7% de diplômés d’une Haute école (OFS, 2011).

A titre d’hypothèse, les adultes en situation d’illettrisme sont probablement surreprésentés parmi la population sans formation postobligatoire et, de ce fait, ont peu de chance de bénéficier de la formation tout au long de la vie.

Fiche d’information : Faits et chiffres en Suisse

Calendrier

lun. 28. août
– 31. août 2017
Tagung PH FHNW: Literalität und Erkenntnis im schulischen Lernen.
ven. 3. nov.
– 3. nov. 2017
Tagung Grundkompetenzen


Voir le calendrier complet